cyclorama.blog4ever.com

cyclorama.blog4ever.com

Allemagne

Retour en terre inconnue

 

 

2.jpg



Nous avons une escale à l'aéroport de Doha et pendant les neuf heures d'attente qui nous sont impartie nous avons le temps d'observer comme un melting-pot des différentes cultures que nous avons pu rencontrer. Une bande d'indonésien avec leurs chemises et jupes colorées voir bariolées se prépare pour un pèlerinage à la Mecque, des émirats se baladant avec leur faucons sur le bras dans les couloirs de l'aéroport, des chinois qui remplissent les espaces fumeurs, et des européens avec leur marcel à l'effigie d'une bière, shorts et sandales (plus chaussettes) et l'appareil photo qui pend encore autour du cou. Mais nous voici faisant la queue au milieu de personnes blanches ou rouges de coup de soleil, plutôt grand aux cheveux clairs, quelques bonnes bedaines et de magnifiques moustaches, vous l'aurez deviné (ou pas) nous sommes en partance pour l'Allemagne ou plus précisément Berlin.

 

1.jpg

 

Nous passons trois semaines chez les copains en cure de remise à niveau de notre taux de lactose. Dès le deuxième soir nous voici plongé dans l'ambiance nocturne berlinoise en assistant à un live grandiose de nos amis dans un club (le "Prince Charles"). Nous pédalerons dans tous les grands parcs de la ville, celle-ci est agréable à parcourir car elle donne le sentiment d'être peu dense, ces automobilistes sont calmes et polis en laissant la priorité aux vélos. Même si c'est un supplice pour nous d'attendre à tous les feux rouges alors qu'il n'y a personne sur la route.

 

3.jpg

 

Nous nous sentons comme à la maison, c'est calme et vivant et il est bon de retrouver des amis et de rigoler ensemble. Un grand merci à eux pour ces bons moments. On traine un peu la patte pour se remettre sur nos vélos, surtout que la météo n'est pas chouette du tout. On se décide tout de même à décoller un lundi comme un début de semaine. Et là on s'aperçoit que les bagages avant de Virginie ne tiendront pas sur son vélo, ses portes bagages ayant été méticuleusement démontés et volés. Soit, Berlin est rempli de magasin de vélo et en fin de matinée nous voilà avec un nouveau porte bagage et un trou dans le porte feuille. En un an rien ne nous aura été dérobé, comme quoi les a priori sur les pays qui craignent sont à revoir…
Quitter la ville est plutôt facile et la route est surtout plate mais le climat ne nous facilite pas la tache. Nous pédalons en direction du Nord et faisons face à un vent costaud et glacial, nous sommes en pleine giboulée. Le premier jour nous avons un orage de grêle et au petit matin dans les sous bois allemand, c'est en igloo qu'aura été transformé notre tente pendant la nuit. Tout est blanc, quelques rayons de soleil entre les averses et la grêle, nous réchauffent le bout des doigts.

 

2.jpg

 

 

Le vent quand à lui perturbe vraiment notre manière de pédaler, tous les cris de guerre de Virginie ne les calmeront pas lorsqu'il nous envoie au talus. Une chance il nous envoi du bon côté de la route. La deuxième nuit nous trouvons un endroit avec des monticules de terre pour nous abriter un peu, nous sommes tout proche de ruches d'abeilles, l'apiculteur passera dans la soirée pour être sur que l'on ne lui volera rien. Puis il reviendra avec sa femme pour discuter et nous apporter du thé chaud et des sandwichs, miam!
Le lendemain une dame ayant pitié de voir Virginie trembloter devant un supermarché nous invitera à dormir chez elle, manger et prendre une bonne douche. Nous apprécierons l'hospitalité chaleureuse et la gentillesse de cette dame et de son petit garçon qui nous aura battu au Uno.

 

3.jpg

 

 

Le lendemain c'est chez un autre hôte que nous allons dans la ville de Greisfiald, chez Richard un collègue warmshower, un jeune étudiant très malin et sympa. Nous doutons de la route à prendre et il nous confortera dans l'idée que nous avait déjà donné JB, nous nous rendons sur l'ile de Rugen. Arriver vers la mer améliore considérablement le paysage. La campagne parcourue auparavant était agréable mais très cultivée, cela nous fait plaisir de retrouver le piaillement des oiseaux qui se disent bonne nuit. Nous voyons aussi beaucoup de migrateur, comme des grues, des oies et des cigognes qui comme nous rentrent au pays. La mer apporte une petite touche de vacances,

 

4.jpg

 

 

l'ile de Rugen est d'ailleurs très prisée des allemands et des suédois, il faut dire qu'elle est vraiment belle et bien aménagée.
Nous dénichons des bivouacs sympa au bord de l'eau, les nuits sont encore sacrément fraiche et nous faisons des feus chaque soir pour nous réchauffer et nous dormons souvent tout habillé. Autant dire que quatre jours sans douches ça commence à sentir le renard fumé. Après avoir fait un petit tour sur la côte nous prenons un ferry pour la suède et nous pouvons admirer les grandes falaises calcaires de Rugen.

 

5.jpg

 

 

Après six mois en Asie nous nous sentons vraiment dépaysé en Allemagne, nous étions déjà venu à Berlin mais les choses auxquelles nous ne prettions pas attention auparavant nous sautent aux yeux maintenant. Nous nous sentons dépaysé ici autant que lorsque nous sommes arrivé en Chine. Nous sommes sur le chemin du retour mais n'avons pas encore l'impression d'être rentré. Nous profitons de chaque instant et le voyage continue.

 

 

6.jpg




 

 



26/04/2015
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres