cyclorama.blog4ever.com

cyclorama.blog4ever.com

La Thaïlande

 

 

Des vacances en vacances.

 

Certaine personnes nous avaient demandé comment nous avions réussi à passer de la Malaisie au Cambodge, par la Thaïlande bien sur. Mais notre passage éclair ne méritait pas un article. Cette fois ci nous y sommes revenu pour un mois, nous nous attelons donc à la rédaction d'un nouvel opus des aventures des louloutins.

 

 

https://static.blog4ever.com/2013/12/758441/artfichier_758441_4672568_201503194444702.jpg

 

 

Nous avions passé la frontière du Sud du pays pour vite aller prendre un train de nuit à Hat-thai pour Bangkok. On peut dire qu'en général nous n'aimons pas les transports en commun mais la version couchette du train thaïlandais était plus qu'agréable. Un gentil stewart nous prépare notre petite couchette bien propre et douillette, nos vélos étant solidement attachés dans le wagon cargo, nous nous endormons tranquillement bercés par les roulis du train. Nous dénichons une guest pas trop loin de la gare et négocions une chambre simple pour deux (économie quand tu nous tiens). Nous décidons de prendre quelques jours pour visiter Bangkok et pour refaire une beauté à nos vélos. Nous parcourons la ville en prenant bien soin d'éviter les backpakers qui l'envahissent. Nous laissons de côté le palais royal dont le prix du ticket nous évoquera suffisamment les privilèges de la royauté. Par contre nous écumons les nombreux wat (temples bouddhistes) qui sont alors tous nouveaux pour nous. Nous découvrons le bouddha sous toutes ses formes:  assis, couché, debout. Il nous plait avec son regard bienveillant et son sourire en coin. Il arbore tantôt des airs de dieux sereins, tantôt des airs d'Edouard Balladur. Aujourd'hui on a du en voir des centaines mais son image ne reste pas figée dans nos mémoires, elle dépend surtout de la manière dont on le perçoit.

 

B.jpg

 

Nous nous déplaçons à bord de "vaporetto" thaïlandais qui vu l'échelle de la ville permettent de desservir rapidement beaucoup de points pratiques. Notre dernier jour à la capitale sera consacré à nos vélos. Nous trouvons une super boutique où l'on fera changer la jante arrière de Yorgos et la chaine de Virginie, le tout avec en bonus un réglage du dérailleur par un cyclo français rencontré devant la boutique. Il nous donnera quelques bons tuyaux sur la mécanique de nos vélos. 

Et même si nos vélos sont d'aplomb, c'est en train que nous partons de la capitale pour rejoindre la frontière Cambodgienne. Un tout autre voyage en train, cette fois ci c'est dernière classe, deux heures de retard, des arrêts de nul part et sans cargos pour les vélos. Nous arrivons tout de même à enfourner nos bécanes dans un wagon plus que blindé, il est clair que l'on emmerde tout le monde en bloquant le passage. Un contrôleur interviendra en éjectant un banc de petites thaïlandaises pour que nous, bons colons français, puissions être assis nos vélos sur les genoux.

 

La suite vous la connaissez puisse que c'est le Cambodge et sa frontière atroce, le Viet-nam et le Laos.

 

Nous revenons trois mois plus tard par le Nord Est du côté de la région de Nan. Nous sommes à bout de force à cause des montagnes du Laos et sommes plutôt impatient car il nous reste une semaine avant de retrouver nos familles pour les fêtes de Noel et Nouvel an. Nous pédalons donc gentiment  sur la route jusqu'à Phayao et son lac, environ 350 km entrecoupés de jolies montagnes. Pour nous donner le temps d'organiser cette semaine familiale nous prenons un bus pour Chiang Mai et laissons nos vélos chez Bob qui accepte de les garder en pension jusqu'en 2015. Nous voici tout disponible à faire découvrir la Thaïlande du Nord dans un mode qui nous est moins familier mais qui convient plus à nos proches: le mode piéton. 

 

 

1.jpg

 

 

Il est doux de retrouver ces visages qui nous sont chers après neuf mois d'absence. Nous les guidons à travers cet univers de voyage dont nous nous sommes accoutumé. Histoire de bien les mettre dans le bain de l'Asie du sud est, nous allons les chercher à l'aéroport en touc-touc (notre premier) direction la campagne profonde de Chiang Rai, avec cahutes en bambou, pas de réseau ni poteau électrique, juste la forêt, les rizières, la cascade et la bouffe thaï. Nous irons ensuite à Chiang Rai et son temple blanc psychédélique, nous enchaînerons sur Chiang Mai, ses jardins botaniques, ses montagnes, ses immenses marchés. Nous y fêtons un nouvel an féérique avec dans le ciel plus de lanternes que d'étoiles. Nous finirons avec Sukhothai et parcourons ses ruines en scooter. 

 

 

2.jpg

 

 

Nous serons bien triste de les voir repartir, une espèce de sensation bizarre à devoir rester sur place pendant que d'autres rentrent. Il nous faut d'ailleurs quelques jours pour nous en remettre avec une bonne crève en prime. A Chiang Mai (où nous revenons pour la troisième fois) nous récupérons nos vélos et mettons quatre jours pour rejoindre le Laos, sous la pluie, de quoi alimenter notre crève et notre moral. Qu'à cela ne tienne nous traverserons le nord ouest du Laos en bus bien décider à attaquer la Chine et à changer d'ambiance. Même si le trajet en bus couchette était atroce, nous ne sommes pas mécontent car en descendant du bus à 20 km de la frontière chinoise nous rencontrons un couple de cyclo suisse avec qui nous faisons maintenant route depuis une dizaine de jours dans le Yunnan. 

Ce que l'on peut vous dire pour l'instant c'est que la Chine nous plait, et notre moral se retrouve gonflé comme nos cuisses par les dénivelés que l'on rencontre, ou encore comme nos estomacs par les repas qu'on ingurgite.

 

 

Thailand.jpg

 

 

 Voici les photos, la censure chinoise n'étant plus un frein à l'accès à notre compte FlickR, vous pouvez en profiter ici.

 

 

 

 



03/02/2015
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres