cyclorama.blog4ever.com

cyclorama.blog4ever.com

Le Danemark

1b.jpg

 



Nous quittons l’île allemande de Rugen pour nous diriger vers la Suède grâce à une liaison en ferry qui nous déposera au sud du pays.
Nous attendons au port de Sassnitz près d’un ancien duty-free, nous y entrons en pensant faire des réserves de nourriture avant les pays scandinaves au cout de vie plus élevé. Mais il n’y a ici que de l’alcool et tous les suédois remplissent le coffre de leur voiture à ras bort de cartons de bouteilles en tout genre. On comprend maintenant pourquoi il est interdit de fumer dans le parking du ferry…

La suède sera une escale très courte sur notre chemin. Nous passons par là uniquement pour nous rapprocher de Copenhague.
Une fois accosté au port de Trelleborg en territoire suédois nous avons le temps de traverser quelques villages et de ressentir l’ambiance avant de passer en zone danoise.
Dans ces villages les maisons sont réparties comme dans un camping, on croise même un village qui porte ce nom, chacune des habitations a son emplacement séparé par des petites allées vertes et tranquilles, la présence de l’eau donne un air de vacances permanent.
En fin de journée nous nous engageons dans une zone plus végétalisée pour essayer de trouver un bivouac en cette fraîche nuit d’avril et c’est dans une réserve au bord de la mer que nous découvrons notre premier shelter (abris).

 

 

2.jpg

 


Un petit abris en bois avec terrasse aménagée par des bancs qui forment un U autour d’un foyer pour un feu de bois avec grille de barbecue intégrée. Le luxe des buches coupées au sec avec papier journal à disposition nous ravis. Les pays scandinaves ont la bonne initiative de répartir ces merveilles un peu partout. Ils sont parfois un peu difficile à trouver, mais cela garanti notre tranquillité et rend leur trouvaille encore plus agréable.
Cet abris tombe à point nommé car la température devient plus saisissante et le soleil décline. Les abords de mer sont plutôt marécageux avec des zones de tourbière à la terre bien noire et plutôt souple voir liquide. Virginie enfoncera sa chaussure dans l’une d’elle jusqu’à la cheville et s’efforcera de la faire sécher au dessus du feu du soir en la suspendant au bout d’un bâton tel un chamallow.    
Malgré le feu de camp et le plancher qui nous surélève du sol nous souffrons du froid soufflé par le vent et de l’humidité ambiante. Depuis notre tente nous apercevons le grand pont qui relie Malmo (Suède) à Copenhague (Danemark). Il est entrecoupé de nombreuses éoliennes sur l’eau. Nous le prendrons le lendemain en train pour rejoindre la capitale danoise.
Une fois le pont passé, nous pédalons de nouveau en direction du centre ville et admirons les nouveaux quartiers sud à l’architecture moderne et dynamique. Nous allons passer quelques jours pour découvrir cette ville. Nous savions que les prix seraient élevés mais nous sommes restés bouche bée devant une auberge de jeunesse annonçant une chambre double pas à moins de 100 euros. Remis de nos émotions nous trouvons un dortoir un peu plus loin pour deux nuits notre porte monnaie tout amaigri.
Nous essayons d’être efficace et parcourons assez rapidement la ville en vélo. Nous tombons vite sous le charme du centre ancien où la vieille brique prédomine mélangée à des façades multicolores. Les bâtiments sont nobles et sophistiqués. Les canaux structurent le plan de la ville, des vieux loups de mer réparent leur fidèles voiliers sous l’oeil amusé des touristes.

 

 

3.jpg

 



Une autre spécificité qu’il ne faut pas manquer c’est le quartier Christina. Une zone de non-droit qui a été rachetée à la ville par les hippies. Pas de règles ici que ce soit sur le plan architectural et urbain, qu’en matière de produits autorisés à la vente. Les stupéfiants circulent aussi librement que le sont les résidants de Christina. Des magasins, une école et un lac bordé de maisons où l’imagination des propriétaires est sans limite, constituent cette communauté qui inspire et donne un bel exemple d’une société alternative (les photos étant prohibées là-bas si vous voulez le voir, il faudra y aller.)


C’est dans un esprit de liberté que nous nous attaquons au Danemark en faisant cap au Sud vers les îles. La météo guide nos destinations et aller plus au Nord de Copenhague au mois d’avril serait encore trop tôt. Nous longeons la côte Est et profitons en premier plan d’un paysage vraiment préservé magnifié en arrière plan par la côte maritime.
Les alentours de Rodvig sont aménagés en promenade reliant des anciennes carrières, des vieux phares et des falaises de calcaires. La nature est laissé à l’état sauvage et c’est un plaisir de camper au milieu de ces sites où le calme règne, il est simplement ponctué par le salut de quelques pêcheurs et le cris des oies migratrices qui dansent par centaines dans le ciel.

 

 

4.jpg

 


Les ferrys et les ponts nous permettent de sauter d’île en île, Sjaelland, Falster, Lolland, Langeland, Fyn et enfin Als.
Les îles se ressemblent et sont plutôt plates, c’est le vent qui change tout le temps de cap. Nous apprécions le paysage de ces belles journées de printemps, la végétation nous plait particulièrement, beaucoup de petits étangs jonché de tiges de chaume qui constituerons les toitures des maisons traditionnelles.
Nous seront accueillis dans plusieurs familles warmshower. Nous commençons à avoir l’habitude mais la communauté cycliste au Danemark étant nombreuse et variée, les rencontres que nous ferons seront parfois diamétralement opposées. Un soir nous serons hébergé chez une famille n’étant pas cycliste pour deux sous, mais soutenant joyeusement la cause et nous accueillent royalement dans leur univers café, clope, tatouage et rotweiller. Le lendemain soir nous sirotons un vin rouge dans de grand verre, chez un couple danocanadien  au milieu de leur grande maison blanche au design sophistiqué et épuré. Nos vélos dorment en bonne compagnie dans un garage avec canoës, vélos, ski et voile de kite-surf. Ces différents moments sont riches en expériences, et peut être grâce au voyage nous prenons plaisir à nous fondre dans chaque situation.
Notre dernière nuit dans ce pays sera aussi sous le signe de l’hospitalité.

 

 

5.jpg

 

 

Cette fois ci inattendue, car c’est en demandant de-ci de-là où nous pourrions trouver un shelter pour la nuit que nous sommes invité chez une dame. Le courant passe bien, en peu de temps, son mari est grec c’est donc un plaisir pour Yorgos de boire du café et de manger du miel fraichement importer. C’est à regret que nous partons le lendemain pour passer la frontière allemande.
Le Danemark a été une belle découverte, mais c’est avec plaisir que nous retrouvons les prix bas allemands.

 

Très prochainement, le suivant et le dernier article des louloutins!!

 

6.jpg


 
 


 
 
 
 
 
 


08/06/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres